Créer les conditions d’accueil de ses émotions.

Créer les conditions d’accueil de ses émotions.

Écouter ses émotions est indéniablement plus facile à dire qu’à mettre en œuvre. Dans le rythme effréné qui conduit nos vies, il y a en effet peu de moments propices pour tendre une oreille attentive à ce que l’on vit, à ce que l’on ressent. Entre la vie professionnelle et familiale, les loisirs, les ami-e-s ou les divers engagements que l’on peut avoir, la difficulté majeure pour écouter ses émotions n’est pas une simple question de volonté. Elle renvoie bien plus à la difficulté à construire les conditions même de cette écoute.

Accueillir ses émotions demande en effet de construire préalablement un espace propre à cela. Un espace pour se poser à l’image de ces moments où l’on réussit à s’asseoir pour écouter attentivement une émission de radio intéressante. Mais ici, l’émetteur n’est plus ici extérieur, mais intérieur… A l’intérieur de nous-mêmes… C’est ce à quoi va s’attacher cet article. Pour construire les conditions et l’espace de cette écoute, nous allons combiner trois outils faciles à mettre en œuvre lors d’un court exercice quotidien, préalable à l’accueil de ce que l’on vit intérieurement.

Très efficace et très simple à mettre en œuvre, le premier de ces outils est ce qu’on appelle la cohérence cardiaque. Il s’agit de suivre un rythme respiratoire durant 5mn. En suivant ce rythme, la fréquence cardiaque ralentit et devient plus cohérente (cela signifie que les courbes de la fréquence cardiaque deviennent plus régulières et s’allongent), indiquant un bon niveau de détente physiologique, psychique et émotionnelle (vous pourrez aller voir les explications scientifiques de la cohérence cardiaque sur internet sur les nombreux sites abordant cette technique comme celui-ci), On atteint donc un état dit de cohérence cardiaque en suivant un rythme produit par différents moyens (vidéos, sons etc.). Mon préféré est sans nul doute celui, sonore, produit par une succession de gong : au premier gong, vous inspirez jusqu’au prochain gong où vous expirez. Vous inspirez de nouveau au gong suivant et ainsi de suite… Pas très compliqué, n’est-ce pas ? Pourtant, vous allez voir en 5mn, vous « descendez d’un cran » si l’on peut dire : votre mental s’apaise et ralentit, laissant place à la détente… Cet état agréable et de bien-être crée ainsi les conditions d’une écoute de soi. Vous allez pouvoir télécharger dans les liens plus situés plus bas, deux documents sonores en MP3 (l’un de 5mn et l’autre de 10mn) avec ces « gong ». Ainsi, pour faire votre exercice, vous mettez ce MP3 (sur votre ordinateur, votre téléphone ou une clef MP3) et vous suivez le rythme. L’exercice se termine à la fin du morceau de musique.

Vous pouvez donc écouter et télécharger ici un document sonore servant pour la Cohérence Cardiaque :

Le second outil qui va accentuant l’effet de détente et la création de cet espace d’écoute est la respiration ventrale (ou abdominale). Il s’agit donc de respirer en gonflant son ventre à l’inspire puis de le dégonfler doucement au moment de l’expire. Cette respiration est notre respiration naturelle (observez un bébé respirer et vous le comprendrez…) que nos habitudes sociales nous a fait perdre en favorisant une respiration haute (en gonflant la cage thoracique). Sans expliquer ici pourquoi nous avons abandonné cette respiration ventrale pour une respiration haute, disons simplement que la respiration haute est une respiration de combat et d’action (on montre notre force en gonflant « notre poitrail » comme un animal voulant impressionner son adversaire) alors que la respiration ventrale est une respiration favorisant la détente. Vous pouvez le tester simplement : faites 10 respirations hautes et observer votre état. refaites 10 respirations ventrales et observer également  : si la première pousse à l’action et à la tension, l’autre provoque apaisement et détente.

Le troisième outil concerne votre attention : vous allez poser votre attention sur votre ventre. Pour ce faire, posez vos mains l’une dessus l’autre sous votre nombril. Dans cette position, elles vont vous aider à centrer votre attention sur cette zone en s’attachant à ressentir le mouvement du ventre lors de votre respiration. Quelle est l’intérêt de cette position ? En premier lieu, celui de permettre de poser votre attention sur une zone essentielle pour le sujet qui nous occupe ici : vos émotions naissent en effet dans cette région et c’est également ici qu’elles sont le plus souvent bloquées ou mises sous tensions. En second lieu, cela permettra de fixer votre mental sur cette partie du corps et d’éviter ainsi qu’il s’échappe dans des pensées qui nous éloignent de nos ressentis. Bien sûr, votre mental reprendra régulièrement la main et vous entraînera à nouveau dans vos pensées. C’est sans importance ! Quand vous vous en apercevez, revenez tranquillement vous concentrer sur le mouvement de votre respiration au niveau de votre ventre sans porter de jugement sur le faite de « tenir » longtemps ou pas votre attention sur votre ventre.

Accueillir vos émotions

Ces trois outils créent les conditions pour pouvoir accueillir les émotions présentes. Au bout de ces 5mn de cohérence cardiaque, en respiration ventrale et avec une attention portée vers votre ventre soutenue par vos mains posées à cet endroit, il est temps d’accueillir réellement l’émotion en présence. Pour cela :

  • Poursuivez dans cette position l’exercice de cohérence cardiaque 5mn supplémentaires de cohérence cardiaque,
  • Cette fois, vous allez, lors de l’inspire, chercher à ressentir dans le mouvement de l’air entrant dans votre gorge, l’émotion présente en vous (peur, colère, tristesse, impuissance, désespoir, frustration, solitude, etc.). En cela, vous acceptez sa présence en lui donnant de l’espace et de l’attention… Ressentez la sans lui donner de sens particulier. Elle est là, juste là… Vous pouvez même lui souhaitez la bienvenue…
  • A l’expire, vous laissez se diffuser, se répandre dans tout votre corps cette émotion ou cette sensation comme une eau qui s’écoulerait tranquillement vers le bas de votre corps
  • Recommencez : à l’inspire, ouvrez vous un peu plus à la sensation ou à l’émotion présente. A l’expire, laissez se répandre toujours un peu plus cette émotion pour qu’elle vous informe de l’information qu’elle contient…
  • Recommencez ainsi jusqu’à ce que vous sentez ouvert entièrement-e à émotion présente…
  • Respirez quelques cycles en cherchant un peu plus intensément la pleine présence à cette émotion…
  • Une fois l’émotion accueillie par sa diffusion dans tout votre corps, le travail est fait ! Il est temps alors de vous en délester tranquillement à l’expire, avec gratitude, par quelques nouveaux cycles respiratoires… Sentez l’allégement que cela vous procure…
  • Dans les derniers cycles respiratoires, remplissez-vous de douceur : inspirez de la douceur puis déposez-là dans votre ventre à l’expire en lieu et place de l’émotion accueillie, diffusée puis délestée…
  • Terminez cet exercice en savourant l’apaisement qu’a produit à l’intérieur de vous l’accueil de cette émotion…

Bonne pratique et n’hésitez pas à me faire part de vos retours…



2 thoughts on “Créer les conditions d’accueil de ses émotions.”

  • Merci Laurent pour votre accompagnement généreux et ces fiches mises à disposition. Je suis venue vous voir pour reprendre contact avec mes émotions. Il me reste encore du chemin à faire, mais avec votre aide les progrès sont possibles… très cordialement

  • Bonjour, je découvre aujourd’hui votre Fiche N°1 sur les émotions que je trouve très intéressante. Y a-t-il des fiches suivantes?

    merci,

    Héloïse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *